08
juin
2011

Journée mondiale des océans

Aujourd'hui, c'est la Journée mondiale des océans. À cette occasion, Exotypie a demandé à François Simard, directeur adjoint du Programme global marin et polaire de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), de réagir à cette initiative. Interview.

 

 

Océan

 

 

 

Qu’est-ce que l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature ?

“L’UICN a été créée en 1948 auprès de l’Unesco pour diffuser une expertise scientifique sur les questions relatives à la protection de la nature à l’échelle des Nations unies. Aujourd’hui l’UICN est une plateforme d’échanges sur la conservation qui a pour objectif de sensibiliser et d’influencer la société aux problématiques de l’environnement et de conservation de la nature. 82 états membres, 750 ONG et plus de 200 institutions publiques sont fédérés dans cette organisation qui mobilise 1 200 employés à travers le monde. L’UICN délègue des observateurs auprès de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Nous y avons présenté la semaine dernière un exposé sur la biodiversité en haute mer."

 

 

 

Que peut-on dire de la haute mer ?

“Il y a plusieurs points préoccupants, notamment par rapport au changement climatique. Outre la question de la montée du niveau de la mer qui impacte les populations des territoires concernés, l’augmentation de la température de l’eau peut mettre en danger les espèces qui évoluent à une température donnée. Si la température de l’eau monte, les poissons migreront vers les eaux plus froides du nord. Si ces dernières montent aussi, on peut craindre la destruction de tout l’écosystème puisque les poissons ne pourront s’adapter."

 

 

 

Ces espèces connaissent-elles d’autres menaces ?

La trop grande quantité de CO2 présente dans l’atmosphère menace les océans : en absorbant ce CO2, ils ont tendance à s’acidifier. Les effets de cette acidification sont inquiétants car dans un océan acide de nombreuses espèces ne pourraient survivre. Un seul exemple : les coquillages ne peuvent plus fabriquer leur coquille dans une eau trop acide.
Ajoutons à cela la pollution liée au pétrole et à la radioactivité survenue dans le golfe du Mexique pour la première et à Fukushima pour la seconde. Ces accidents menacent directement la biodiversité marine mais on ne sait pas encore bien évaluer l’impact quantitatif et qualitatif de ces pollutions.
Autre préoccupation : la surpêche qui depuis 50 ans épuise certains stocks, comme c’est le cas avec la morue ou le thon rouge. Pour pouvoir continuer à pêcher il faut préserver les stocks et donc établir des règles de pêche durable."

 

 

 

Comment mettre en place une pêche durable ?

“Les scientifiques, les pouvoirs publics et les pêcheurs doivent travailler ensemble sur ce sujet très complexe qui pose par ailleurs la question de la gouvernance de la haute mer. Les océans couvrent 70 % de la planète et dans ces 70 % il y a 70 % de haute mer. Celle-ci représente donc 50 % de la surface de la planète. Or la haute mer est un territoire qui échappe, en partie, aux juridictions nationales. Dans le passé les états considéraient que la haute mer n’appartient à personne ce qui permettait de faire n’importe quoi. Aujourd’hui le consensus retient plutôt l’idée que la haute mer appartient à tout le monde, idée qui va de pair avec celle de la préservation."

 

 

 

Quelle gouvernance va être mise en place ?

“La question est ouverte mais il faudra probablement instaurer une gouvernance supranationale, à l’instar de ce que l’Europe a déjà mis en place pour empêcher que l’on fasse n’importe quoi en haute mer. C’est d’autant plus crucial que de nombreuses questions se posent sur l’exploration de ressources pétrolières et minières comme le cuivre. Il existe un cadre supranational pour les fonds marins, mais aucune loi n’encadre la question – pourtant majeure ! – de l’eau."

 

 

 

À lire, le dossier "Ocean Commotion" sur le site de l'UICN.

 

 

 

Edit : pour l'occasion, nous avions publié une manchette spéciale. Elle n'est plus à la Une, la voici en miniature :
Manchette océan

 

 

Sous-Rubriques

Pas de coquille publiée depuis…
00
00
00
00
J H M S

Exotypie n. m. (gr. exô, au-dehors, et typie, impression).Se dit de l'ensemble des activités précédant l'impression ou la publication.