12
février
2015

Qui se souvient qu'une rectification orthographique a eu lieu en 1990 ? Et qui l'applique ? Cette rectification devait pourtant simplifier l'orthographe… Alors, 25 ans plus tard, qu'est-elle devenue ?

 

 

La rectification proposait une dizaine de règles simplifiant entre 1300 et 2000 mots. L’Académie française avait demandé qu'elle soit soumise à l’épreuve du temps. En attendant, aucune des deux graphies ne pourrait être tenue pour fautive. Résultat ?

 

 

 

academie-francaise

Les inventeurs de la machine à rectifier l'orthographe.

 

 

 

 

L’état actuel de la rectification

Aujourd’hui, la rectification est méconnue et très peu appliquée. La faute à son aspect optionnel ? Il est difficile de changer ses habitudes, qui plus est en orthographe. Sans compter qu’appliquer l’orthographe rectifiée dans les examens, les courriers officiels ou les curriculums vitae fait prendre le risque que le lecteur relève des fautes qui n’en sont pas.

 

Au fait, quels étaient les éléments principaux de la rectification ? Petite piqure de rappel…

 

 

 

Les traits d’union versus la soudure

Dans cet entredeux, on assiste à la controffensive de la soudure. Elle a remplacé le malaimé trait d’union dans un grand nombre de mots composés : «contr(e)-», «entr(e)-», «extra-»…, mots composés d’éléments savants, de formation onomatopéique, mots composés d’un verbe, mots d’origine étrangère… Sauf, exception bienfondée, dans les mots où la soudure engendrerait une prononciation défectueuse, ouf ! Mais avec une simplification aux allures de millefeuille, les mélimélos sont garantis.

 

Entretemps le trait d’union, lui, a contrattaqué, prenant la soudure à contrepied dans ce pingpong orthographique. Dorénavant sur son trente-et-un, le trait d’union s’est imposé systématiquement dans tous les numéraux, bon ou mauvais. Les immortels sont vraiment des boutentrains.

 

 

 

Les accents

La nouvelle règle des trémas est une gageüre ! Ils glissent tous vers le «u» afin de lever toute ambigüité. Sauf que dans quelques autres mots, les trémas ont été ajoutés… Les immortels argüent que cela permet de corriger certaines prononciations. Nous n’en sommes pas si surs.

 

Justement, tiens, le circonflexe ! Cet accent disparait des «i» et des «u», une mise au bucher en quelque sorte. Mais il est conservé pour distinguer les homophones. Donc un fruit reste mûr mais la pomme devient mure. Dur dur pour ces accents qui souffrent depuis d’un circonflexe d’infériorité…

 

 

 

Les anomalies

Quelques familles de mots sont réaccordées et diverses anomalies sont supprimées. Là c’est simple… quoique ! Pour ce faire, le combattif doit prendre deux thés, le ponch changer de gout et les cacahouètes se mettre à l’«o». Si en plus le nénufar se fait moins lumineux, il y a de quoi donner à priori de l’exéma aux puristes…

 

Les autres rectifications sont moins anecdotiques. Il s’agit notamment de l’harmonisation du pluriel des noms composés et de l’application des règles usuelles d’orthographe aux mots d’origine étrangère.

 

 

 

machine-a-rectifier

Un technicien assure la maintenance de la machine à rectifier l'orthographe.

 

 

 

L’avis d'expert

J’ai contacté ma maitresse pour recueillir son avis, car même sans accent, une maitresse se doit de tout connaitre. Alors, chère maitresse, comment écrivez-vous ognon ?
J’écris «oignon», tout simplement. Mais l’orthographe rectifiée est la règle, donc je l’applique avec mes élèves, notamment pour les numéraux. Je n’applique pas tout, involontairement, car la rectification concerne un grand nombre de mots. Je n’ai pas encore intégré toutes les modifications. Et je préfère, malgré tout, les oignons avec un «i».

 

Emballée par l'interview, la maitresse décolle :
Vous aviez déjà vu, vous, un houligan diner une paélia dans un iglou ? Avant cette rectification, c’était chose impossible ! Par contre, si la nouvelle orthographe est devenue la norme, l’ancienne est tolérée. Si un élève écrit avec l’ancienne orthographe, je ne compte pas de faute. La tolérance est donc de mise, ce qui complique ma tâche. Ou bien tache ? Ah non, ce n’est pas la même tâche que la tache… Attendez, je vérifie !

 

Et vos collègues, les parents... comment le prennent-ils ?
Coucicouça ! Certains parents sont un peu perdus. Parfois ils me corrigent… en se trompant. Et il existe d’irréductibles collègues qui font de la résistance et qui n’enseignent pas la nouvelle orthographe, mais ils sont peu nombreux à choisir cette voie extrarisquée.

 

 

 

Ma contrenquête touche à sa fin. La nouvelle orthographe de 25 ans déjà est bel et bien une embuche. Je persiffle et signe : j’attendrai la suivante pour m’y mettre !

 

 

 

 

 

 

Sources :
La rectification dans le détail
Les règles d'application des recommandations orthographiques
Les mots concernés

 

Un grand merci Réseau pour la nouvelle orthographe du français pour la clarté de leurs explications ! Pour en savoir plus, consultez leur site.

 

Photo 2 : Peter Schweitzer

 

 

Sous-Rubriques

Pas de coquille publiée depuis…
00
00
00
00
J H M S

Exotypie n. m. (gr. exô, au-dehors, et typie, impression).Se dit de l'ensemble des activités précédant l'impression ou la publication.